Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog pour Salah Hamouri

Paris outragé !

22 Décembre 2008 , Rédigé par E.B. Publié dans #Actualité sur Salah Hamouri

Mairie de Paris - Place Hotel de VilleC'est à Paris, haut lieu de la Résistance à l’occupation, à la Mairie de Paris, qu'un soldat servant dans une armée d'occupation qui opprime violemment tout un peuple a été déclaré « Citoyen d’honneur de Paris ». Comme relaté précédemment sur ce blog, le Conseil de Paris à également, le même jour, rejeté une demande de citoyenneté d'honneur pour un otage franco palestinien. Un délibéré intervenu le 16 décembre 2008 pour lequel, Jean-Claude Lefort, Député Honoraire a rédigé une lettre ouverte adressée au Maire Paris, Bertrand delanoë.

Lettre ouverte

    Monsieur le Maire,


    Ainsi, sur proposition d’un membre du Conseil de Paris, par ailleurs député de droite tout particulièrement connu pour son extrémisme, la Ville de Paris vient-elle de décider de faire « Citoyen d’honneur » de la capitale de la France le caporal Guilad Shalit, c'est-à-dire un membre d’une armée d’occupation dont l’action meurtrière est établie depuis des décennies et des décennies et qui est condamnée internationalement, en particulier par l’ONU.

    Un soldat membre d’une armée d’occupation qui opprime violemment tout un peuple déclaré « Citoyen d’honneur de Paris » – on ne pouvait pas imaginer que, sous votre mandature, pareille injure puisse être faite à la conscience humaine universelle et aux valeurs de progrès dont pourtant, vous et moi, nous nous réclamons. A Paris haut-lieu de la Résistance à l’occupation, à la Mairie de Paris où ces paroles qui y furent prononcées sont à jamais comme gravées dans ses murs : « Paris outragé ! Paris brisé !  Paris martyrisé ! Mais Paris libéré ! » 

    Monsieur le Maire, vous rendez-vous compte ?

    Car cette décision n’a rien à voir, ni de près ni de loin, avec quelque demande que ce soit de libération dudit caporal. Il ne s’agit pas du tout de cela qui ne présente pas d’objection mais de tout autre chose. Par ce geste est ainsi glorifié un soldat qui participe à l’oppression armée de tout un peuple. C’est à peine croyable. Et pourtant c’est.

    Non seulement, mais cette décision a été prise tandis que le nom d’un jeune franco-palestinien, victime précisément de cette oppression, a été cité pour être aussitôt repoussé : le jeune Salah Hamouri qui a été condamné à 7 ans de prison par un tribunal militaire israélien tandis qu’il est parfaitement innocent. Sauf qu’il est Français mais aussi Palestinien.

    A son encontre ont été prononcée dans votre Conseil des phrases sentences, particulièrement honteuses, reprenant à la virgule près les attendus du « jugement » du tribunal militaire de l’armée israélienne d’occupation qui l’a condamné. Non seulement ce tribunal militaire illégitime l’a condamné sur la base d’aucun fait mais une partie de votre Conseil a fait de même ! Il a jugé et condamné à l’identique. Il n’y a pas d’autre mot pour qualifier cette situation: c’est ignoble et c’est aussi inadmissible.

    Salah Hamouri, et vous ne pouvez pas ignorer ce fait, a été condamné à 7 ans de prison pour être passé en voiture devant le domicile d’un rabbin particulièrement extrémiste qui est aussi chef du parti Shas : Yossef Ovadia. Ce rabbin qui a déclaré que les arabes étaient des vipères qu’il fallait exterminer à coups de missiles et que la Shoah était de la faute des juifs de l’époque qui avaient fauté. On ne peut faire plus dans l’ignominie.

    Le fait que Salah Hamouri soit passé en voiture devant le domicile de ce rabbin joint à l’accusation, infondée et non prouvée, de son appartenance au FPLP ont amené les militaires israéliens à accuser Salah Hamouri d’avoir «l’intention» de nuire à la vie de ce chef religieux. Et pour faire « bonne mesure » Salah Hamouri a été soumis au chantage suivant après avoir passé trois ans de prison sans jugement : « Ou vous reconnaissez cette intention et vous aurez 7 ans de prison ou vous refusez et ce sera une peine plus lourde ». J’étais présent sur place quand cela s’est fait. J’en atteste et en j’en témoigne.

    Comme 95% des prisonniers palestiniens il a accepté de s’accuser faussement pour éviter une peine plus lourde. On ne peut appeler cela de la « justice » mais du chantage, un chantage au demeurant classique là-bas. Mais de là à ce que des membres de votre Conseil reprennent à leur compte exactement les termes de cette accusation infondée est totalement irrecevable, plus exactement : absolument condamnable. Ils se sont comportés en procureurs comme celui du tribunal militaire qui a condamné Salah. Comment accepter cela ?  

    J’ajoute que Salah Hamouri s’il est franco-palestinien de fait ne l’est pas de droit. En effet, comme tous les habitants de Jérusalem-Est, les autorités israéliennes, autrement appelées la « Force occupante », refusent de lui reconnaître cette nationalité palestinienne. De droit, Salah Hamouri est donc Français et uniquement Français. La seule pièce attestant de sa nationalité étant son passeport français. C’est d’ailleurs en raison de l’injustice profonde dont il est l’objet qu’un Comité national de soutien s’est constitué qui comporte nombre de vos amis politiques. 

    Vous aurez compris, Monsieur le Maire, l’émotion profonde et légitime qu’a provoqué cette décision assortie de cette nouvelle « condamnation » de Salah Hamouri. On ne peut tout faire dans la vie. Il est des principes intangibles. Il est une morale qui n’est pas désuète. Il est des valeurs qui ne sont ni à vendre ni à acheter. D’un seul coup d’un seul ce sont tous ces éléments qui ont été jetés dans le fossé comme de vulgaires immondices.

    Il faut vous reprendre Monsieur le Maire. Paris ne mérite pas d’être mis à pareil index. Que les autorités israéliennes aient tenues à appeler notre Ambassadeur à Tel-Aviv pour le féliciter de cette décision unique au monde devrait vous conforter dans l’idée que des bornes ont été dépassées en cette affaire.

    J’attends de vous, Monsieur le Maire, et de votre Conseil la réparation de cet acte hautement répréhensible qui a été commis dans la salle de votre Conseil. 

    Je vous prie de croire, Monsieur le Maire, l’expression de mes salutations démocratiques et distinguées.


Jean-Claude Lefort
Député honoraire



Vous pouvez manifester votre opinion par écrit au Maire de Paris (cliquez)



Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article