Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog pour Salah Hamouri

Pour 2009...

28 Décembre 2008 , Rédigé par E.B. Publié dans #Actualité sur Salah Hamouri

Les vœux, c’est bien joli. Mais s’ils ne sont pas suivis d’effets, s’ils ne sont qu’un mirage dans le désert, la soif ne peut être rassasiée. Aussi, avant de procéder au rituel des vœux, et pour bien commencer une année, il peut être utile de faire le point.
De la mobilisation citoyenne pour obtenir la libération de Salah Hamouri à l’inaction du gouvernement français à l’égard de ce jeune Franco-Palestinien, en passant par divers communiqués officiels truffés d’erreurs et la quasi absence de ce cas dans les média, Jean-Claude Lefort, Député Honoraire et membre du Comité de Soutien à Salah Hamouri répond aux questions afin que les choses soient claires et pour que 2009 ne soit pas pour Salah Hamouri pareille à 2008.


E.B. : Pourquoi êtes-vous investi au sein du Comité de soutien pour la libération de Salah Hamouri ?

Jean-Claude Lefort Salah Hamouri Comité National de SoutienJean-Claude Lefort : Je me suis investi pour la libération de Salah, comme beaucoup d’autres, car il n’est pas tolérable, plus exactement il est condamnable, que le Président de la République se porte au secours des Français en difficulté à l’étranger, même quand les choses sont troubles. Il se porte au secours de tous sauf d’un : notre jeune compatriote Salah Hamouri, condamné à 7 ans de prison par un tribunal militaire israélien qui est un des bras d’une armée d’occupation.

Il se trouve, en plus, que Salah Hamouri est jérusalémite et qu’à ce titre, s’il est franco-palestinien de naissance (sa mère est Française née à Bourg-en-Bresse et son père Palestinien), il n’est pas reconnu dans sa nationalité palestinienne par la force d’occupation israélienne qui lui dénie cette nationalité comme à tous les Palestiniens vivants à Jérusalem-Est occupée. Il est donc de fait et juridiquement un «Français» et uniquement un «Français». 

L’ayant rencontré dans sa prison pendant une heure en début d’année 2008, je ne pouvais pas ne pas m’investir pleinement dans ce Comité national de soutien pour exiger sa libération.  Car si nous avons été quelques uns à intervenir en sa faveur, nous l’avons fait de manière séparée et nous avons reçu des réponses dilatoires. Il fallait donc créer un événement qui marque, d’où l’idée de créer ce Comité qui regroupe des personnalités on ne peut plus diverses à tous points de vue.


E.B. :  Vous avez réagi publiquement à des propos émis par Bernard Kouchner, Ministre des Affaires étrangères ; ou plus récemment à ceux de la Porte Parole de l'Ambassade d'Israël, notamment en remettant en cause les accusations portés contre Salah.
Pouvez-vous nous dire clairement ce qui est reproché à ce jeune franco palestinien ?

J-C.L : Oui j’ai réagi car trop c’est trop ! Les choses sont limpides. Salah Hamouri n’a commis aucun crime ni le moindre fait répréhensible.

Il est passé en voiture, trois mois avant son arrestation, devant le domicile du rabbin Yossef Ovadia, chef du parti Shas, un rabbin connu pour ses positions extrémistes absolues. Ce simple fait joint, après son arrestation, à l’accusation qu’il serait membre du FPLP – ce qui est un mensonge total et d’ailleurs jamais prouvé – a rien de moins abouti à ce que le tribunal militaire israélien accuse Salah d’avoir voulu attenter à la vie dudit rabbin. Il aurait eu « l’intention » mais ne l’aurait pas fait. Et avec cela, il se retrouve avec une peine de prison de 7 ans.

J’ai réagi récemment aux propos de la porte-parole de l’Ambassade d’Israël en France car elle disait sciemment des mensonges et en plus elle écrivait que si Salah avait été jugé par un tribunal militaire israélien c’est parce que les faits qui lui sont reprochés se sont déroulés en Cisjordanie et non pas en Israël. Donc, sûre d’elle-même et de son « bon droit », Israël qui est condamné pourtant internationalement à occuper un pays tiers, elle ose écrire qu’un Palestinien agissant en Palestine doit être traduit devant un tribunal militaire israélien installé en Palestine !
C’est un peu gros, en tout cas c’est révélateur du fait que ce tribunal n’au aucune espèce de légitimité. Cela, que nous ne cessons de dire, est donc désormais établi par la représentante officielle de l’Ambassade d’Israël. Ce n’est certes pas la démonstration qu’elle voulait faire mais son assurance insupportable l’a conduit à faire cet aveu. J’en prends acte. 


E.B. : Comment expliquez vous le manque d’engagement du gouvernement Français en faveur de sa libération ?

J-C.L :  Le gouvernement français a complètement revisité sa politique au Proche-Orient. Il a le petit doigt sur la couture de son pantalon, aux ordres des autorités israéliennes. On peut clairement le constater à la lecture de ce qu’il écrit ou dit qui est la reprise mot pour mot de ce que disent les israéliens occupants, on peut le constater aussi et surtout au fait qu’il ne fait strictement rien pour obtenir la libération de Salah estimant que celui-ci a été l’objet d’un procès qu’il n’a cessé de mander en lieu et place de sa libération. Il suit comme un petit caniche les autorités israéliennes. Pauvre France et non pas « Douce France ». Lamentable. C’est la triste réalité.

Dès lors que le gouvernement ne veut pas bouger pour cette raison limpide mais inavouable qu’il est totalement aligné sur Israël, il n’est qu’une voie possible : celle de la mobilisation pour le contraindre à obtenir la libération de Salah. C’est possible car il y a eu des libérations récentes de prisonniers qui procédaient non pas de décisions de justice, derrière lesquelles se cachent constamment nos édiles monarchiques, mais de décisions politiques du cabinet Olmert. Il existe aussi un droit de grâce dont dispose le Président israélien Shimon Pérès. Donc il y a des possibles réels qu’il n’utilise délibérément pas à la différence, par exemple, de cette affaire sulfureuse d’une association qui n’était pas « l’Arche de Noé » en plaidant et en obtenant la grâce de ses membres auprès d’un Président africain. Il en a les donc moyens mais il n’en a pas la volonté. Alors l’expression de la volonté de justice qu’il a abandonnée passe par sa prise ne main par la mobilisation. A nous de le contraindre à faire ce qu’il devrait faire normalement. 

Un Français innocent en prison en Israël ne devrait pas rester une seconde de plus dans sa geôle si ce gouvernement était celui de tous les Français. Il ne l’est pas. Voici, avec l’UMP et ses ralliés, revenu le temps du «parti de l’étranger». 


E.B. :  Où en est l’action du Comité de Soutien à Salah Hamouri ?

J-C.L : D’abord un Comité national s’est constitué. Ensuite, je le disais, il est très divers et ceci à tous égards. Enfin son audience s’accroit chaque jour au point que l’Ambassade d’Israël, pour la première fois depuis un an, a du réagir publiquement* sur le cas de Salah. Enfin des Comités régionaux et locaux se mettent en place. Le mouvement prend de l’ampleur. Il faut continuer pour que nos deux demandes de rendez-vous soient positives. L’une a été faite par les parlementaires membres du Comite en direction du Président de la république. Et l’autre, pour début janvier, par le Comité en direction de l’étrange ministre des Affaires étrangères.

Nous avons mis en ligne une pétition à cette fin (http://www.salah-hamouri.fr), et j’invite vos lecteurs à signer massivement.   


E.B. : Pour cette nouvelle année, quels sont les vœux du Comité de Soutien ?

J-C.L : Nous disons une chose simple et claire qui indique nos intentions : 2009 ne doit être pour Salah pareille à 2008. Nous avons la détermination nécessaire pour qu’il en soit ainsi, autrement dit pour qu’il soit libéré. C’est justice et droit de l’Homme. Nous ne lâcherons donc pas prise, que personne ne s’y trompe !

Propos recueillis par Eric Biesse


* Dans son communiqué du 20 octobre 2008, le Ministre Français des Affaires étrangères reprend les mêmes propos et les mêmes erreurs que celui du 23 décembre 2008 émis par la Porte Parole de l’Ambassade d’Israël en France. On lit ainsi dans les deux communiqués : « il a choisi de plaider coupable » ; « il a renoncé à faire appel », « il est accusé de complot contre un chef religieux israélien »… Autant d’accusations erronées.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article