Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog pour Salah Hamouri

Le Maire de Paris ment !

5 Janvier 2009 , Rédigé par E.B. Publié dans #Actualité sur Salah Hamouri

Place de l'Hôtel de Ville - Mairie de Paris - Juillet 2008 © E.B.À la suite de l’article « Paris Outragé » paru sur ce blog plusieurs lecteurs ont écrit au Maire de Paris. Rappelons que c’est à Paris, haut lieu de la Résistance à l’occupation, à la Mairie de Paris, qu'un soldat servant dans une armée d'occupation qui opprime violemment tout un peuple a été déclaré « Citoyen d’honneur de Paris ». Puis, le même jour, le Conseil de Paris a rejeté une demande de citoyenneté d'honneur pour un otage franco palestinien…
En guise de réponse, une suite mensonges sous la forme d’un courrier que le chef adjoint du cabinet du Maire de Paris a adressé à l’une de nos lectrices :


"Madame,

En réponse à votre courriel, le Maire de Paris m’a prié de vous faire part des éléments d’information suivants.

Il n’appartient pas au Maire de Paris, vous le comprendrez aisément, de contester une décision de justice contre laquelle, comme dans tout état démocratique, des voies de recours ont été prévues en droit.

Soucieuse du bien être de notre concitoyen, la Ville de Paris entretient néanmoins un contact régulier avec l’avocat français chargé de sa défense. La Ville de Paris a ainsi pu s’assurer que Salah Hamouri est en mesure de recevoir des visites familiales ou d’ONG internationales et est détenu dans des conditions conformes au droit.

Le 31 octobre dernier, le Maire de Paris a écrit au Président Shimon Peres, afin de lui demander, au nom des liens d’amitié que Paris a tenu à entretenir avec Israël, de tenir compte du jeune âge du détenu et d’intercéder en sa faveur.

Lors du Conseil de Paris des 15, 16 et 17 décembre dernier, le Maire s’est également engagé à continuer d’attirer l’attention des autorités israéliennes et du gouvernement français sur le cas de Salah Hamouri et à demander un aménagement de sa peine.

Vous évoquez le cas de Gilad Shalit, otage franco-israélien détenu par le Hamas dans un endroit inconnu, sans accès autorisé de la Croix Rouge ou de quelque institution de protection que ce soit. Vous comprendrez donc qu’il est difficile de mettre ces deux situations sur le même plan.

Enfin, je vous informe que le Conseil de Paris a voté un vœu qui prévoit la création d’un comité qui désignera à l’avenir de manière impartiale les personnalités qui se verront attribuer le titre de citoyen d’honneur.

Heureuse d’avoir pu clarifier la position des instances parisiennes sur ces questions complexes et délicates, je vous prie d’agréer, Madame, l’expression de ma considération distinguée."

Le Chef adjoint du Cabinet du Maire de Paris
Audrey Keysers


Une nouvelle fois, voici quelques réponses à ces mensonges :

- "Une décision de justice contre laquelle, comme dans tout état démocratique, des voies de recours ont été prévues en droit" : Faux ! Ce n'est pas un décision de justice mais une condamnation par un tribunal militaire, qui s’est contenté de suivre les réquisitions du procureur. Faux également l'affirmation selon laquelle il existerait des voies de recours. Dans le cas d’un « plea bargain » (accord sur le plaidoyer), comme Salah y a été contraint, il n’existe aucune procédure d’appel devant ces tribunaux militaires. Par ailleurs, 95% des prisonniers Palestinien «acceptent» ces accords sur le plaidoyer, un taux qui, à lui seul, devrait au minimum éveiller une certaine réserve. Enfin, parler d'État démocratique, c’est oublier qu’il existe un conflit entre Israël et les Palestiniens. Dans ce cadre, comme en d’autre temps et d’autre point du monde, les tribunaux militaires ne rendent pas la justice, mais servent les intérêts politiques et militaires de l’occupant.

- La ville de Paris entretient un contact régulier avec l’avocat de Français de Salah, Faux ! Salah Hamouri n’a pas d’avocat Français.

- …est détenu dans des conditions conformes au droit : Faux ! Salah comme les 11000 prisonniers Palestiniens est détenu en Israël en violation de la 4e convention de Genève qui donne à la force occupante diverses obligations.

- Le Maire de Paris a écrit au Président Shimon Peres ? Si tel est le cas, pourquoi la réponse n’a-t-elle jamais été ni publiée, ni communiquée ?


* Pour information, la Mairie de Paris, dans cette affaire, certainement très soucieuse du droit à l'information, n'a jamais donné suite aux demandes qui lui ont été adressé en tant que journaliste pour ce blog.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Beatrice 26/02/2009 16:19

Je viens d'envoyer un mail au cabinet du maire pour demander à quand le citoyen d'honneur pour  Salah HAMOURI ? je pense qu'il faut faire pression et envoyer des miliers de couriels et courriers pour dénoncer l'inégalité entre citoyen lorsqu'il s'agit d'un mercernair juif et un citoyen francais non juif !

lef 29/01/2009 15:44

Dernier compte rendu de mandat du maire de Paris, c'est ce soir jeudi 29 janvier, vous pouvez lui poser une question ici :http://www.paris.fr/portail/accueil/Portal.lut?page_id=6729&document_type_id=2&document_id=58264&portlet_id=17571par ex., "Allez-vous proposer au conseil de Paris de faire de Salah Hamouri son prochain citoyen d'honneur, sinon nous en expliquer les raisons ?"

lef 29/01/2009 15:21

En faisant répondre par son chef adjoint de cabinet le maire de Paris a bien voulu marquer le mépris dans lequel il tient la cause de Salah Hamouri. Devait répondre soit lui-m^, soit son adjoint chargé des relations internationales, des affaires européennes et de la francophonie, Pierre Schapira, député européen ou encore son directeur de cabinet mais aucun des adjoints de celui-ci, aucun n'a compétence pour l'international http://www.paris.fr/portail/accueil/Portal.lut?page_id=6729&document_type_id=5&document_id=7996&portlet_id=15318 Encore un colonialiste tout à fait assumé sans le dire, c'est fort !

lef 26/01/2009 15:43

Faire répondre par son chef-adjoint de cabinet, c'est un signe, très déplacé. Il ne s'agit pas d'une affaire administrative mais bien d'une prise de position politique en faveur du colonialisme et de l'injustice.