Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog pour Salah Hamouri

À TF1, tous les Français ne sont pas égaux

9 Janvier 2009 , Rédigé par E.B. Publié dans #Actualité sur Salah Hamouri

Siège de TF1 à Paris ©La première chaîne française de télévision veut être celle de tous les Français et pourtant, ses journalistes, obstinément, oublient au moins un Français. Ainsi, le 2 janvier dernier, profitant de la visite de Nicola Sarkozy en Israël, la rédaction de TF1 a diffusé un sujet tourné à Jérusalem où « une famille attendait beaucoup de cette visite ». Aussi, des journalistes ont rencontré la famille de Guilad Shalit (extraits ci-dessous). C’est une bonne chose que de rappeler à l’opinion publique et au Président ses obligations envers un Français retenu prisonnier.

Toutefois, à Jérusalem, une autre famille attend son fils, otage de ce conflit Israélo Palestinien. Il s’agit de la famille Hamouri. Salah Hamouri, jeune franco palestinien, est retenu prisonnier en Israël sans qu’il ait commis d’actes délictueux. Mais pour TF1, il semble que tous les Français ne sont pas égaux. Pas un mot sur Salah pour lequel la mobilisation de l’opinion publique est nécessaire et pour lequel les obligations du Président de la République sont identiques. Le gouvernement Français doit agir pour obtenir la libération de Salah Hamouri comme il le fait pour Guilad Shalit.

Les journalistes de TFI ignorent peut-être les droits et devoirs de leur fonction. La Charte des devoirs et des droits des journalistes dite « Charte de Munich »* dans son premier article précise que les journalistes doivent « Respecter la vérité, quelles qu'en puissent être les conséquences pour lui-même, en raison du droit que le public a de connaître la vérité ». Or la vérité concernant Salah Hamouri n’est ni révélée, ni respectée.

* La charte de Munich (cliquez)

Vous pouvez écrire aux journalistes de TF1 pour les informer du cas de Salah (cliquez).

Madame, Monsieur,

Le 2 janvier dernier, vous avez diffusé un reportage pour rappeler qu’une famille attendait beaucoup de la visite du Président de la République. Or cette information est partielle, partiale et donc inexacte. En effet, une autre famille, également à Jérusalem, attendait beaucoup de cette visite, celle de Salah Hamouri.

En mars 2005 Salah Hamouri a été arrêté et placé en détention administrative. Après trois année de détention il a été jugé  par un tribunal militaire en mars 2008. Le tribunal militaire israélien l’a condamné par à 7 ans de prison sans qu'il ait commis de délit et sans preuve d'une quelconque intention belliqueuse.

Suite à diverses démarches infructueuses auprès du gouvernement Français pour qu’il demande la libération de Salah et compte tenu des violations des Droits fondamentaux à l’égard de Salah dans cette affaire, un Comité National de Soutien à vu le jour. Il rassemble des personnalités très diverses (élus de toutes tendances politiques, artistes, journalistes, avocats, scientifiques, personnalités religieuses, etc.)

Je vous prie donc de rectifier cette information et de rétablir toute la vérité.



3 courts extraits du JT de TF1 du 2 janvier 2009


Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Michel DACQUIN 30/07/2009 12:40

C'est toujours la même chose, dans certain post du Figaro, certains critiquent la demande d'intervention du gouvernement français, mais ces pro-israeliens ne prlent pa du CRIF qui a demandé l'intervention MAM auprès du procureur pour faire appel sur n jugement d'assise ! Personne ne parle de la banqueroute organisée des juifs du Sentier, et que l'on a laissé partir tranquilement en Israel en toute impunité ! On ne parle pas du pillage, des viols, des tortures dans les territoirs occupés, effectués par les soldats israeliens ! Israel est devenue pire que les nazis ! C'est le pays le plus détesté au monde !

JEAN-JACQUES PIRON 09/01/2009 20:37

en relation avec votre titrevous en doutiez??????surtout sur tf1

14/01/2009 07:36


Bonjour,

Merci de votre interpellation. Non, je n'en doutais pas. Je me suis seulement appuyé sur leurs propres affirmations.