Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog pour Salah Hamouri

Quelques minutes pour agir

5 Décembre 2011 , Rédigé par E.B. Publié dans #Actualité sur Salah Hamouri

Il ne faut pas attendre les bras croisés avec l’espoir que notre compatriote Salah Hamouri soit libéré rapidement suite à une intervention spontanée du gouvernement français. Pour espérer une libération rapide de Salah Hamouri, qui a accompli la totalité de sa peine depuis le 28 novembre dernier, il faut agir.

 

Pour cela, le Comité national de soutien à Salah Hamouri invite à deux actions :

- manifester sa solidarité à Salah Hamouri, qui en a besoin, en lui écrivant très massivement à Salah Hamouri

Shata prison - Section 7

10900 Afoula

Israël

(Timbre à 0,89 € pour un envoi jusqu’à 20 grammes, 1,75 € jusqu’à 50 grammes)

 

- Ecrire au Président de la République Française en exigeant des autorités françaises une action énergique auprès d’Israël pour obtenir sa libération la plus rapide possible et sans condition.

Monsieur le Président de la République

Palais de l'Elysée

55, rue du faubourg Saint-Honoré

75008  Paris

(Dispensé d’affranchissement)

 

ou par mail à :

http://www.elysee.fr/ecrire/

 

 

Les autorités françaises ont contacté Salah et sa famille et ont promis, sans la moindre garantie d’aucune sorte, qu’il sorte dans la deuxième vague de libération de prisonniers palestiniens qui doit intervenir à la mi-décembre. Salah comme sa famille ont expliqué que si cela devait se faire ce devait être « sans aucune condition d’aucune sorte. »

 

Pour Jean-Claude Lefort, responsable du Comité de soutien à Salah « Il n’y a aucune certitude sur cette proposition française de mettre Salah dans une liste. Ces négociations sont très complexes et engagent beaucoup de parties pour qu’on puisse y croire de manière inconsidérée. Alors, on ne lâche rien, et on continue ! »

 

 

Il est encore temps d'agir, prendre quelques minute de son temps pour espérer la libération de Salah. Pour sensibiliser autour de vous, ou pour écrire à Salah, il existe des cartes "Charb" à votre disposition. Voir sur le site http://salah-hamouri.fr/cartes-postales 

 

  

 

 

 

D’autre part, la mère de Salah, Denise Hamouri a adressé une lettre à l’ensemble des personnes qui se sont mobilisées pour la libération de son fils les enjoignant à poursuivre les efforts

 

Mesdames,

Messieurs,

Chers amis,

 

Alors que mon fils, Salah, devait sortir le 28 novembre, les autorités israéliennes en ont décidé autrement, de manière totalement arbitraire. 

 

Bien sûr vous imaginez la déception énorme qui est celle de Salah et aussi celle de sa famille. 

 

Mais je voudrais vous dire, en notre nom à tous, un « grand merci ». Un grand merci car depuis tellement longtemps vous vous êtes mobilisés en faveur de Salah et de la liberté – la sienne et celle de la Palestine.

 

Sans vous, qui êtes des dizaines de milliers, on ne parlerait même pas du tout de Salah et on n’aurait même pas fait attention à son sort pourtant injuste et terrible.

 

Merci vraiment car si Salah n’est pas sorti hier ce n’est pas par manque d’efforts de votre part mais bien malgré ces efforts. Vous n’avez rien à vous reprocher, au contraire vous pouvez être fiers de vous. On voit mieux, du coup, l’épaisseur du mur à percer et le poids et la détermination des forces adverses.

 

Aujourd’hui on me demande : « Mais que faire pour Salah ? »

 

Je vous répondrais : continuer à exiger sa libération et à élargir encore et encore le cercle des amis qui peuvent nous rejoindre dans cette cause qui dépasse le cas de Salah. Il sait, mon fils, tout ce que vous faîtes et il vous en est gré. Sachez-le.

 

Les autorités françaises nous ont contactés et ont contacté Salah en proposant de le placer dans la liste des prochains prisonniers palestiniens qui doivent sortir, théoriquement, à la mi-décembre. 

 

Salah comme nous-mêmes, mon mari et moi, avons tous considéré que si cela devait se faire, il est impensable que l’on demande quoi que ce soit à Salah. Pas d’excuses, pas d’écrits d’aucune sorte, pas de signature,  pas d’éloignement de sa terre natale. Sans conditions en un mot.

 

Nous en sommes-là. Nous n’avons aucune garantie que cela se fera. Mais nous refusons toute idée de discussion quant à sa sortie éventuelle. Cela a assez duré. Il ne s’est pas excusé hier pour « adoucir » sa peine, ce n’est pas aujourd’hui qu’il va le faire.

 

Je tenais à vous informer de cette situation. Verrons-nous notre fils à Noël ? Rien n’est fait, rien n’est certain. Nous avons encore besoin de vous ! 

 

Merci infiniment pour ce que vous avez déjà fait avec son Comité de soutien.

 

Denise Hamouri, Jérusalem, le 29 novembre 2011.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article